Chapitre 7 – Vous croyez quoi ?

  • -

Chapitre 7 – Vous croyez quoi ?

Chacun gardera un souvenir particulier de la période du confinement. Pour notre part il en est un qui nous aura marqués et que nous souhaitons partager aujourd’hui, il s’agit de l’intervention musclée de la Directrice Générale lors du CSE mensuel d’avrilOn vous explique tout cela.
Et puis nous reviendrons sur les communications utiles, manquantes, nécéssaires ou accéssoires données lors du confinement.

Cela se passe le jeudi 23 avril lors de la réunion mensuelle du CSE qui se tient en viso avec tous les élus.
La Directrice Générale est présente, cela sera la seule fois, elle est venue pour évoquer l’actualité et les échanges fûrent fort utiles.
Alors que jusqu’à présent tout se passait correctement, nous avons alors pu assister au cours de cette réunion à un moment inédit assez incroyable où la Direction s’est carrément énervée contre un élu SUD qui reprochait à l’employeur de ne pas suffisamment se soucier de la santé des salariés.

Alors de mémoire cela a donné à peu près cela :

” Et alors vous croyez quoi ?
Que la Direction ne se soucie pas de la santé des salariés ?
Que vous êtes les seuls à avoir ce souci ?
C’est notre première préoccupation !!!
C’est moi, oui moi, qui, un dimanche, ai commandé les plexiglass pour qu’on les dispose dans les points de vente afin de sécuriser les salariés.
Alors arrêtez de faire d’un cas particuliers des généralités,
il faut traiter ces cas bien sûr, mais sans en faire la généralité.
Comment pouvez-vous ainsi douter que la Direction n’a pas la préoccupation de la sécurité des salariés?
Y’en a marre…”
Bon, on a peut-être grossi le trait, mais si peu, car nous n’étions pas loin de ces propos dits sur un ton autoritaire. Cela a jeté un froid dans l’assistance.
Impossible de retrouver dans les annales du CSE (ou du CE) une telle colère patronale.
Il y avait de l’émotion dans cette intervention explosive que l’on peut juger quelque peu violente mais elle était surtout sincère et justifiée.
Elle venait aussi après 37 longs jours de confinement où quotidiennement SUD n’a jamais cessé de comparer les mesures mises en oeuvre par la Direction à des simples mesurettes. Rien n’allait jamais.
Il y avait effectivement de quoi être agacé face à une opposition aussi stérile.
On peut le dire, l’élu mis en cause est resté coi et il n’y a pas eu grand monde chez SUD pour venir le soutenir, ç’était la brasse coulée.
En tout cas ce coup de gueule aura été bénéfique, on a ainsi constaté que SUD avait un peu ensuite changé, avec un discours plus apaisé en réunion comme dans les communications devenues plus mesurées…Et aujourd’huit inexistantes.
Et puis on ne va pas se le cacher, nous avons trouvé cette intervention juste, tant SUD a été irritant durant toute cette période, en rejetant de manière quasi systématique les décisions de la Direction ; mais de cela nous en parlerons la semaine prochaine.
Autre sujet du jour : l’information.
Pour la CFDT il semblait évident qu’il fallait communiquer coûte que coûte auprès des salariés pour les informer le plus largement possible des décisions prises.
Les retours des salariés nous le prouvaient, ils voulaient connaitre les mesures mises en oeuvre pour les protéger

Alors après chaque réunion la CFDT a mis en place un process simple : un compte-rendu est rédigé, mais avant sa diffusion il devra être validé par les délégués syndicaux pour vérifier le contenu et corriger les éventuelles fautes d’orthographes, puis il sera envoyé aux salariés et mis en ligne sur le site de la CFDT.
A chaque fois nous avons voulu être factuel et demeurer le plus exhaustif possible.
Bien évidemment nous guettions les communications des 2 autres syndicats, pour veiller ce qui nous aurait échappé, surveiller les positons prises, voire les attaques envers la CFDT.
Et l’on a remarqué avec flatterie qu’en communiquant la première, la CFDT était parfois copiée.
Merci.
On l’a remarqué, nous l’avons même publiquement exprimé, les messages de la Direction étaient rares ou insuffisamment fournis.
Comme si elle craignait de communiquer.
On a parfois frolé le ridicule dans le contexte dramatique que nous vivions avec des infos voulues décalées

Ainsi nous n’avons pas spécialement apprécié cette mode à vouloir livrer quelques insolites avec des interviews hors du temps.
Nous n’avons pas aimé non plus que certains managers puissent dire que le confinement avait du bon d’un point de vue commercial.
Et puis quoi encore ?

Nous avons dénoncé de tels propos totalement insultants pour ceux qui sont morts du COVID-19. Il y a des limites que certains ont largement dépassées.

La CFDT a demandé que les communications de la Direction, les vraies, celles qui expliquaient le mode de fonctionnement de la CR soient, à titre dérogatoire, directement envoyées sur les adresses mails privées des salariés ; malgré la RGPD la Direction a fini par accepter l’idée.

La communication a été un vrai enjeu qui a pu concourir à rassurer les salariés dans cette période si troublante

Voilà pour aujourd’hui, nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine pour évoquer l’attitude des syndicats de la CR pendant cette période

Rechercher

Archives